Ma cuisine zéro déchet : stop aux ordures ménagères !

Saviez-vous que chaque français produit par année, 30kg de déchets uniquement en déchets alimentaires ? À l’échelle mondiale, il s’agit d’un tiers des aliments produits sur la planète qui finissent jetés aux détritus.  Un chiffre alarmant de 1,3 milliards de tonnes de nourriture dilapidée en gaspillage alimentaire. Pour autant, on observe une prise de conscience de la part des consommateurs. Tendance du zéro déchet et passage à une consommation responsable décryptage de ces nouveaux modes de consommation qui nous veulent du bien.

Comprendre le zéro déchet

Le zéro déchet est un mouvement écoresponsable qui cherche à lutter contre la pollution environnementale en réduisant au maximum la production de déchets. Exit l’achat d’aliments individuels emballés dans de multiples couches de plastique, le zéro déchet vise la suppression de tout bien de consommation non nécessaire. Je vous invite à lire «  Limitons nos déchets : le plastique » qui explique en détail pourquoi il faut éviter tous les plastiques non recyclables.

Véritable mode de vie à 360 degrés, son concept s’applique dans toutes les pièces du foyer. La salle de bain s’envisage version zéro déchet, mais pas seulement. Il y a la cuisine zéro déchet ou encore le jardin zéro déchet.

Il faut attendre 2013 pour voir le premier ouvrage publié sur ce sujet par la grande praitresse du zéro déchet, Béa Johnson. Pendant des années cette jeune française installée aux États-Unis, partage sur son blog www.zerowastehome.com ses idées et astuces pour venir à bout de ces déchets superflus. Loin de se douter du mouvement qu’elle est entrain d’instiguer, Béa Johnson invente une méthodologie cyclique du zéro déchet qui repose sur 5 principes traduit en verbe d’action. Refuser, réduire, réutiliser, recycler, rendre à la terre (composter).

Les principes du zéro déchet selon Béa Johnson

Première étape : refuser ce qui n’est pas essentiel. Un ticket de caisse, un échantillon gratuit, un stylo ciglé distribué en supermarché, une paille, tous ces objets ont une durée de vie très limitée. Sans fonction indispensable, ces objets se transforment rapidement en déchets, polluants et coûteux à éliminer.

Si vous ne pouvez pas refuser, essayez de réduire votre consommation en privilégiant la qualité plutôt que la quantité.

Réutiliser au maximum les objets que vous avez déjà acheté. Cela évitera de consommer inutilement, et d’encourager l’achat de produits jetables.

Continuer par recycler les objets qui peuvent avoir une seconde vie. Poubelle de tri pour les déchets recyclables ou déchetterie pour les petits et gros encombrants.

Et pour une superbe cuisine zéro déchet, vous pouvez composter dans un joli bac toutes les ordures ménagères issues d’aliments naturels, comme les épluchures de fruits ou de légumes.

Vous l’aurez compris pour Béa Johnson, le mode de vie zéro déchet, c’est tendre vers le « rien ne se perd, rien ne se créé, tout se transforme ». Ce mode de consommation responsable a de multiples bénéfices : d’un côté, il tend à réduire la pollution environnementale en diminuant la production de déchets et leur traitement, responsable des émissions de gaz à effet de serre.

De l’autre, le consommateur peut effectuer des économies. Moins d’emballages, moins de marketing sur les packagings, moins de dépenses publicitaires, cela parait évident. Pourtant, acheter des produits de qualité, français et biologiques sont plus chers à l’achat. Au final, on peut se demander si l’économie réalisée par l’absence d’emballage n’est pas rattrapée par le surcoût de l’achat de produits bio…

Ce qui est sûr, c’est qu’avec le vrac, on achète la quantité souhaitée.

Et c’est plutôt une bonne idée, quand on observe les chiffres conséquents du gaspillage alimentaire en France.

Les chiffres du gaspillage alimentaire

Avec 10 millions de tonnes d’aliments jetés chaque année en France, soit 16 milliards d’euros jetés par la fenêtre, l’addition est salée. Saviez-vous que 85% des déchets produits par les foyers français sont d’ordre alimentaire ?  Dont 7kg de déchets encore parfaitement emballés ? Restes de repas, fruits et légumes non consommés, date de péremption dépassée… Les raisons sont multiples, mais pas moins acceptables.

Le gaspillage alimentaire par domaine de pertes

Avec 33% de pertes alimentaires lors de la consommation au sein des ménages soit 30kg par personne et par année, le consommateur a son rôle à jouer. Mais il est loin d’être le seul acteur. Chaque étape du processus de la chaîne alimentaire, en commençant par la phase de production, est concernée. Petit aperçu de la répartition du gaspillage alimentaire sur la chaine alimentaire selon l’étude des masses de gaspillage de l’Ademe, l’agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie :

  • 32% de perte alimentaires pendant la production
  • 21% de perte lors de la transformation des aliments
  • 14% en phase de distribution
  • 33% des aliments sont jetés lors de la consommation

Conscient du problème à la fois écologique et économique que soulève le gaspillage alimentaire, depuis la loi n° 2015-992 du 17 août 2015, le gouvernement français a mis en place des mesures restrictives renforcées par la loi Garot, du 11 février 2016. On peut lire notamment :

Pour les grossistes avec un chiffre d’affaire supérieur à 50 millions, l’interdiction de destruction des invendus et l’obligation de faire don des denrées alimentaires encore consommables à des associations. Pour les distributeurs, l’interdiction de rendre impropres à la consommation des invendus encore consommables, renvoyant au passé, le déversement de liquide vaisselle dans les poubelles de grand magasin par les employés.

Réduire sa consommation et ses déchets, préserver l’environnement en luttant contre la pollution, améliorer sa santé en privilégiant des aliments de bonnes factures, locaux, et bruts tel est le leitmotiv des consommateurs zéro déchet, investis dans un mode de consommation responsable. Premier épisode de cette saga zéro déchet, je vous présente la cuisine zéro déchet…

4 objets écologiques pour une cuisine zéro déchet

Si je vous dis qu’il existe des alternatives éco-responsables aux objets que vous pensiez indispensables même indétrônables de la cuisine ? Oui, oui je vous assure ! Je pense notamment au bon vieux rouleau d’aluminium ou aux éponges vertes et jaunes, piquante d’un côté et toutes douces de l’autre. Voici 4 objets de consommation responsable pour une cuisine zéro déchet qui vont vous surprendre.

Le tawashi ou l’éponge zéro déchet

Fabriquées à partir de vieux morceaux de tissus de récupération tirés d’anciens vêtements usés, ces éponges nous viennent tout droit du pays du soleil levant, le Japon. Contrairement aux éponges traditionnelles faites à partir de résine synthétique, l’impact carbone de ces éponges est très faible. Le site de couture et d’accessoires zéro déchet de Marius et Léon vous propose leurs tawashis à petits prix.

Le bee’s wrap, l’atout conservation pour cuisine zéro déchet

Voilà de quoi remplacer le film plastique alimentaire ou le rouleau de papier aluminium jeté maintes et maintes fois. Composé d’un morceau de toile de coton enduite d’une fine couche de cire d’abeille, ce film alimentaire est imperméable, 100% réutilisable et d’origine naturelle.

Les bocaux en verre, l’atout conservation n°2 d’une cuisine zéro déchet

Indispensable pour se lancer dans l’achat d’aliments en vrac et arrêter l’usage de sacs plastiques et autres déchets papier lorsque l’on fait les courses, on choisit les bocaux en verre de chez Greenweez. 20,83€ pour 4 bocaux, comment rester insensible ?

Pas de cuisine zéro déchet sans un bon composteur

Vous vous souvenez du bullet point numéro 5 de Béa Johnson ? « Compostez ! »

Alors on dit oui à la décomposition, aux petites bactéries et autres micro-organismes ! On adapte son compost en fonction de la configuration de son chez soi. Pour un petit appartement on investit dans un compost à accrocher sur le rebord de la fenêtre, ou on l’intègre carrément au mobilier de sa cuisine.

Pour plus d’informations sur le sujet je vous conseille de lire l’article « Le compost ».

 

Alors adepte de la cuisine zéro déchet ?

Margaux SAVEY

 

https://blog.beko.fr/cuisine-zero-dechet-2/

https://ethicall.fr/blogs/infos/comprendre-le-zero-dechet

http://www.pimpmegreen.com/2019/10/03/zero-dechet/

http://www.cniid.org/Les-dechets-en-France-quelques-chiffres,151

https://www.mtaterre.fr/dossiers/le-gaspillage-alimentaire-ca-suffit-le-gachis/le-gaspillage-alimentaire-lie-aux-dechets#:~:text=Aujourd’hui%2C%20les%20d%C3%A9chets%20alimentaires,dont%207%20kg%20encore%20emball%C3%A9s.&text=Rien%20qu’en%20France%2C%20le,qui%20terminent%20%C3%A0%20la%20poubelle%20!

https://zero-gachis.com/fr/quelques-chiffres

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/gaspillage-alimentaire-0

https://www.linfodurable.fr/conso/les-six-indispensables-dune-cuisine-zero-dechet-17720

https://mag.guydemarle.com/8-astuces-pour-une-cuisine-zero-dechet/

https://www.audreycuisine.fr/2018/10/26/reduction-dechets-cuisine/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :