Le compost

La marque Natéclo est très sensible aux questions environnementales. La planète souffre et il est temps que nous réagissions. S’il peut être difficile de changer drastiquement les choses, nous pouvons au quotidien changer quelques gestes afin d’apporter notre contribution. Régulièrement nous publierons des articles afin de vous prodiguer des conseils, notamment pour tenter de limiter nos déchets. N’hésitez pas à donner vos astuces personnelles en commentaires afin de les faire partager au plus grand nombre. Ensemble, nous pouvons faire mieux ! Bonne lecture à tou(te)s :).

Limitons nos déchets : dans la cuisine !

Vos poubelles débordent. Vous faites le tri pourtant, mais vous avez l’impression que la poubelle ne désemplit pas. Et si vous réduisiez vos déchets alimentaires en utilisant un compost ? Découvrez toutes nos astuces pour vous lancer !

Les déchets organiques

Epluchures de fruits, de légumes. Peaux d’agrumes, restes de repas. Feuilles de thé, marc de café … Dans la cuisine, de nombreux déchets organiques peuvent être récupérés, compostés et recyclés en engrais ! Au jardin, les feuilles mortes, la tonte d’herbe, les fleurs fanées … Beaucoup de déchets peuvent être mis au compost. Vous devenez écolo, vous évitez les allers-retours à la déchèterie, et vous fabriquez votre propre engrais : que demander de plus ?

Source : pour connaitre toutes les matières compostables et celles qui ne le sont pas, rendez-vous sur le site http://www.gammvert.fr/conseils/conseils-de-jardinage/compost-pourquoi-et-comment-le-realiser.

Le matériel nécessaire

Aucune excuse valable : sachez qu’il existe des composteurs de balcon pour ceux qui ne possèdent pas de jardin ! Pour ceux qui ont la chance de vivre en maison, sachez qu’il est préférable de trouver un coin à l’ombre.

Voici le matériel à posséder :

– un récipient pour récupérer les déchets de la maison, ainsi qu’une brouette si le trajet jusqu’au compost est un peu long ! Plutôt utile pour les déchets du jardin

– un broyeur peut être utilisé pour réduire la taille des déchets et accélérer le travail de fermentation des micro-organismes

– un ou deux silos de compost ou composteurs

– une fourche pour pouvoir remuer et aérer le tas de compost

– un thermomètre pour connaitre la température de votre tas et pouvoir l’adapter

– une bâche pour protéger le tas des intempéries

– éventuellement un tamis si vous souhaitez un compost homogène

Le processus de compostage

Lorsque les matières organiques sont mises en tas, elles sont dégradées par des micro-organismes et macro-organismes (vers de terre, insectes, bactéries, champignons…) et sont ensuite transformées en humus riche en éléments nutritifs. Cette réaction nécessite de l’oxygène et dégage de la chaleur. Au cœur du compost, la température augmente jusqu’à 50 à 70°C au fur et à mesure de la décomposition, puis diminue à nouveau.

Dans un processus de compostage, deux phénomènes se succèdent. Tout d’abord le processus de dégradation, qui amène les résidus à l’état de compost frais : il s’agit essentiellement de la décomposition de la matière organique fraîche à haute température (50 à 70 °C) sous l’action de bactéries et en présence d’oxygène. Puis le processus de maturation, transformant le compost frais en un compost mûr, riche en humus.

Ce phénomène de maturation se passe à température plus basse (35 à 45 °C), et conduit à la biosynthèse de composés humiques par des champignons et des macros-organismes (ver de terres, etc.).

A quoi sert le compost obtenu ?

La matière organique obtenue peut être utilisée comme engrais, pour nourrir vos plantes, les rendre plus saines et plus résistantes aux maladies. C’est un fertilisant d’excellente qualité et 100 % naturel, qui allège la terre et permet des économies d’engrais, de terreau et d’eau.

Alors, prêts à composter vos déchets organiques ?

Chloé

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :